Parler de la jalousie maladive pour la vaincre


parler-jalousieVotre jalousie maladive n’est pas une fatalité. En effet, voici comment les 30 prochains jours peuvent changer votre vie !

Cliquez vite ici

Oser parler de la jalousie maladive pour la vaincre
Si la jalousie maladive renvoie vers le concept de l’amour, elle est aussi intimement liée à une forme de haine qui peut s’installer dans l’ensemble des émotions de la personne qui est atteinte de la jalousie maladive. Douée d’une imagination ravageuse, cette personne, plongée dans la souffrance, se prouve à elle-même que son partenaire peut ou est déjà en train de vivre un bonheur sans elle. Les comportements sont alors perturbés et différents symptômes peuvent apparaître. Touchant dans les mêmes proportions femmes et hommes, ces signes révélateurs de la jalousie maladive sont variés. Ils sont associés à l’idée de la précarité des sentiments amoureux, au mépris de soi-même, à une insatisfaction permanente. Ils engendrent l’hostilité, une forme d’isolement et peuvent conduire à la brutalité.

Ça m’est arrivé…

Le printemps pointait le bout de son nez. Mes journées étaient animées et même si je m’investissais totalement dans mon travail, je m’offrais régulièrement des sorties entre amis. Nous passions de bons moments. Et un soir, nos regards se sont croisés, nos mots se sont enlacés et nos cœurs se sont emballés. C’était merveilleux. Au fil du temps, heureux de notre grand amour, nous avons décidé de vivre ensemble. Passionnés et bienheureux, nous étions inséparables. Je me sentais insouciante et légère.

Peu à peu, subtilement, des signes de jalousie se sont manifestés à travers les faits et gestes de mon partenaire. Au début, je n’y ai pas vraiment fait attention. Je crois même que ça m’amusait parce que pour moi c’était une forme de complicité. Un soir, alors que je cherchais mon téléphone, j’ai surpris mon compagnon en train de lire mes sms. Une autre fois, alors que nous nous promenions en ville, il n’a pas cessé de faire des remarques sur des regards que me lançaient des hommes qui passaient. Il disait que j’avais des attitudes d’aguicheuse et qu’il était déçu. Plus je me défendais, plus le ton montait et nos disputes devinrent de plus en plus fréquentes. Il criait et me disait que je ne l’aimais plus. Il est allé jusqu’à discuter avec une voisine pour lui demander si elle n’avait pas vu d’hommes entrer chez nous quand il n’était pas là. Même certains de mes collègues de bureau ont été mis sous surveillance. Je l’ai vu un jour guetter un retour de déjeuner. Le même soir, il a monté un scénario qui racontait que je le trompais avec l’un de mes collègues. J’ai essayé de le raisonner. Quelquefois, je restais calme et j’évitais tout sujet qui aurait pu attiser sa jalousie.

Il m’arrivait aussi de me mettre en colère et là, le résultat était bien pire. N’en pouvant plus, je lui ai proposé d’en parler plus longuement. Je me sentais de plus en plus isolée, il m’empêchait de sortir et un simple rendez-vous chez le coiffeur était source de conflits. Il lui arrivait de regretter d’être ainsi et de s’excuser mais sa jalousie maladive revenait en force et il prétendait que le problème c’était moi et que de toute façon je n’étais pas digne de confiance. Je savais bien qu’il était malheureux mais je n’ai pas trouvé de solution et j’avais l’impression que lui ne voulait pas se remettre en question. J’ai fini par abandonner car je perdais toute joie de vivre, me sentais à la fois coupable et victime. Notre séparation a été douloureuse et il me faudra du temps pour retrouver mon équilibre.

Lorsqu’on se trouve face aux difficultés de la jalousie maladive, il est important d’en parler et de chercher à la comprendre pour trouver des solutions. Ne pas se donner la chance de la vaincre, c’est prendre le risque de multiplier les crises de couples qui peuvent conduire à la séparation d’un couple comme nous le montre cette histoire.

Cissé Le Périclytos
Oser parler de la jalousie maladive pour la vaincre

<a href= »http://www.avis-site.com/« >Annuaire gratuit</a>

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 commentaires

Laisser un commentaire: